• // JEUDI 10 OCTOBRE 2019 à VIRIAT

    CHIRURGIE ORALE

    Dr Thomas BRIDONNEAU : Ancien interne des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg - Assistant Hospitalier Universitaire du C.S.E.R.D de Strasbourg - Docteur en Chirurgie Dentaire - Spécialiste Qualifié en Chirurgie Orale

    9H-9H30 > Testons nos connaissances   
    à travers plusieurs cas cliniques, nous testerons vos connaissances sur les sujets de notre journée.

    9H30-10H30 > Lésions osseuses des maxillaires   
    Sémiologie clinique et radiologique
    Comment différencier les lésions osseuses ?
    Quelle prise en charge adopter ?

    11H-12H30 > Ostéonécrose des mâchoires
    Où en sommes-nous en 2019 ?

    14H30-15H00 > Gestion du risque hémorragique
    en Chirurgie Orale, anti-agrégants plaquettaires, anticoagulants , NACO… autant de médicaments que le Chirurgien-Dentiste doit savoir gérer

    15H30-17H00 > Dents de sagesse
    Indication opératoire, chirurgie et complication



le mot du président

NOUVELLE CONVENTION

Le reste à charge zéro (RAC 0) est-il compatible avec la liberté de choix thérapeutique ?

J’ai récemment revu une patiente avec laquelle il devenait nécessaire d’envisager une solution prothétique face à une parodontopathie quasi terminale, si toutefois elle désirait une solution autre que la prothèse adjointe, tant que le volume osseux résiduel le permettait.

C’est en reprenant son historique, que je me suis retourné pour voir l’avenir sous l’oeil du RAC 0.

Sa première molaire supérieure droite, en 2012 s’était du fait des importantes dénudations radiculaires nécrosée, après pulpite, et ce en l’absence de carie. Une maintenance irréprochable de la part de la patiente, une mobilité quasi nulle de cette molaire me fit prendre la décision de la traiter endodontiquement.

Dénudation signifie rétraction pulpaire importante, délabrement important pour l’accès endodontique et 2h30 min de durée de traitement.

Même si depuis la CCAM nous pouvons nous faire honorer les reprises de traitement endodontique, là, il s’agit d’un traitement tout court donc opposable.

Bien évidemment, la prothèse proposée et acceptée n’était pas au tarif habituel, mais plus élevé, ce qui rétablissait l’équilibre financier de l’exercice.

Si maintenant 6 ans plus tard, alors que je dois me résoudre à extraire cette dent qui, individuellement pourrait être conservée, mais qui dans le tableau thérapeutique global doit être sacrifiée, je me dis que cette figure de cas, à partir du 1er avril 2019 (non ce n’est pas un poisson) ne lui permettrait plus d’envisager de vivre encore 6 ans et demi avec sa dent, car avec un prix de couronne encadré à la baisse et 81,94 euros d’honoraire pour 2h30 min de traitement endodontique, la liberté de choix thérapeutique n’existera plus dans pas mal de cas si le patient désire un RAC 0.

Quelle sera la médecine bucco-dentaire de demain ?
Mais un demain déjà si proche !?

Tout est fait, pour petit à petit, orienter l’exercice vers ce que désir nos autorités de tutelle.
Tous mes voeux pour que nous puissions survivre à partir de 2019.
Nos patients eux ont déjà mangé leur pain blanc.
Notez bien que le noir sera moins cariogène, on se console comme on peut !

Pascal HYVERNAT
Président




inscription - adhésion

Vous souhaitez adhérer à notre association pour
profiter de toutes nos formations,
n'hésitez pas,


plus d'infos pour une inscription, adhésion

boîte à idées



une idée, une suggestion